Variations sur le canard de David Mamet
Du 20 au 22 septembre 2019
Humour et philosophie

Par l'Obsidienne Compagnie

Un matin dans un parc, deux hommes qui ne se connaissent pas se rencontrent. Un lac, un banc et quelques canards vont transformer leurs petites existences individuelles en un vaste terrain de jeu. Ils évoquent alors, côte à côte, tous les sujets à leur portée : la nature, l’humanité, l’amitié, la pollution, la solitude, la vie, l’ennui, le voyage, le temps qui s’écoule. Comme un miroir tendu à notre sagesse et notre bêtise, leurs discussions vous feront rire, grimacer, frissonner.

Un texte plein de poésie, de sagesse et d’humour, fait de blablas philosophiques, d’engueulades puériles, de sentiments exacerbés, de respect circonspect et d’affrontements imprévus entre deux clowns du quotidien qui se sont arrêtés pour mieux voir le temps passer (ou passé). Un texte en quatorze variations travaillé comme une partition jazz, un thème sur la base duquel tout devient possible. En dehors des mots rien n’est fixé. La mise en scène et les codes de jeu se renouvellent chaque soir dans une rythmique fluide alimentée aussi par la dynamique du public.

Une vie de canard, ce n'est pas rose tous les jours. Le canard a aussi ses problèmes. Il a des puces, et des poux et des maladies corporelles. Des déceptions sentimentales. Des complications pour voler. Des difficultés sexuelles. Etcaetera.

Avec : Bernard Sartoretti et Pierre-Pascal Nanchen

Représentations

  • vendredi 20 septembre 2019 à 20h30
  • samedi 21 septembre 2019 à 20h00
  • dimanche 22 septembre 2019 à 18h00

Novecento : Pianiste d'Alessandro Barricco
Du 25 au 27 octobre 2019
Seul en scène

par le Théâtre du Projecteur

Un mardi de l’année 1900, Danny Boodmann, marin à bord du Virginian, découvre un nourrisson dans une caisse en bois. Il est posé sur le piano de la salle de bal du paquebot. Il le nomme Novecento parce que c’est l’enfant du nouveau siècle. Il grandit dans la salle des machines, entre l’Europe et l’Amérique et ne quitte jamais le navire. Son pays, c’est l’océan, son refuge, c’est le piano. Il joue comme personne, ragtime, blues, et devient le plus grand des pianistes. Sa réputation franchit les océans. Il aurait pu conquérir le monde… s’il était… descendu...

Au milieu de la scène, un bateau de la forme de ceux que nous fabriquions enfant est entouré de lanternes illuminées. Bienvenue à bord du Virginian. Entre alors un trompettiste jazz devenu membre de l’orchestre du navire en janvier 1927. Il vous fera vivre la traversée d’Europe jusqu’en Amérique et découvrir le parcours singulier de Danny Boodmann T.D. Lemon Novecento.

On jouait parce que l’Océan est grand, et qu’il fait peur, on jouait pour que les gens ne sentent pas le temps passer, et qu’ils oublient où ils étaient, qui ils étaient. On jouait pour les faire danser, parce que si tu danses tu ne meurs pas, et tu te sens Dieu. Et on jouait du ragtime, parce que c’est la musique sur laquelle Dieu danse quand personne ne le regarde.

Avec : Stéphane Rentznik

Mise en scène et scénographie : Jean-Gabriel Chobaz
Création Lumières : Gazus Gagnebin
Costume : Scilla Ilardo
Chantier naval : Antoinette Baira

Représentations

  • vendredi 25 octobre 2019 à 20h30
  • samedi 26 octobre 2019 à 20h00
  • dimanche 27 octobre 2019 à 18h00

Scrooge - Il n'est jamais trop tard d'après Charles Dickens
Du 15 au 17 novembre 2019
Théâtre de masque

par le PerpetuoMobileTeatro

Scrooge, vieil avare, a vendu son âme et sacrifié sa vie pour faire carrière et s’enrichir. Il passe ses soirées solitaires en compagnie de son coffre-fort. Il déteste les dimanches et les jours fériés, en particulier Noël : pour lui c’est une perte de temps et cela ne fait qu’entraver les affaires. Durant la veillée de Noël, il reçoit la visite du fantôme de son défunt associé, Marley : «Mon vieil ami, ton heure approche. Si tu ne changes pas, tu resteras enchaîné à ton avarice et tu mourras seul et haï de tous. » Les cloches sonnent déjà minuit mais il n’est peut-être pas encore trop tard…

Ce conte de Noël populaire est poétiquement revisité par trois comédiens issus de la Scuola Teatro Dimitri qui mettent en scène un monde magique et fabuleux. Les masques, la danse et l'acrobatie, ainsi que les costumes, les décors mobiles et stylisés et les musiques spécialement composées pour le spectacle créent un univers onirique, évocateur et fortement expressif. À travers un langage simple et imagé se forme une histoire universelle qui nous parle des choses importantes que nous risquons d'oublier.

Un langage direct et suggestif, idéal pour raconter une histoire avec des personnages qui évoquent l'humanité de la métaphore avec la simplicité du geste et l'authenticité des sentiments.

Avec : Brita Kleindienst, Marco Cupellari et David Labanca

Représentations

  • vendredi 15 novembre 2019 à 20h30
  • samedi 16 novembre 2019 à 20h00
  • dimanche 17 novembre 2019 à 18h00

Le Monte-Plats d'Harold Pinter
Du 06 au 08 décembre 2019
Théâtre de l'absurde

par le Théâtre-Ensemble Chantier Interdit

Ben et Gus, deux tueurs à gages, attendent le début de leur mission dans le sous-sol d’un restaurant désaffecté. Cependant, leur prochaine victime se fait désirer et la tension monte entre les deux hommes ; Gus, d’ordinaire calme et obéissant s’interroge sur leur travail et leur quotidien morbide et hors du commun. Soudain, les deux assassins sont interrompus par l’activation inattendue de l’ancien monte-plats qui leur délivre un billet de commande. Le restaurant serait-il encore en activité ? A qui appartient-il ? Quel sera l’impact de cet imprévu sur ce duo improbable ?

Harold Pinter décortique les rapports humains à travers ces deux personnages hors norme et amène le spectateur à se questionner sur la soumission aveugle à des ordres absurdes. C’est là tout le génie de Pinter: raconter l’homme de manière méticuleuse et mécanisée et offrir au spectateur la possibilité d’observer les réactions de ses personnages.

Alors pourquoi est-ce que tu mets ta mère sur le tapis ?! Gus, j’essaie pas d’être déraisonnable, j’essaie seulement de te faire toucher quelque chose du doigt. Qui est le responsable ici ? Moi ou toi ? C’est dans ton intérêt que je dis ça, Gus. Il faut que tu apprennes, vieux.

Avec : Boris Degex et Paul Berrocal
Complicité artistique : Nicolas Gerber et Sébastien Duperret

Représentations

  • vendredi 06 décembre 2019 à 20h30
  • samedi 07 décembre 2019 à 20h00
  • dimanche 08 décembre 2019 à 18h00

La Mauvaise Graîne
Du 24 au 26 janvier 2020
Spectacle d'élève


Après avoir travaillé sur la dramaturgie la saison passée, la Mauvaise Graine aborde la mise en scène. En travaillant par petits groupes sur des textes courts et des extraits du répertoire classique, les élèves vont se diriger mutuellement et découvrir les bases de la mise en espace et de la direction d’acteur. Ils présenteront ensuite ce spectacle constitué de leurs différents travaux.

Représentations

  • vendredi 24 janvier 2020 à 20h30
  • samedi 25 janvier 2020 à 20h00
  • dimanche 26 janvier 2020 à 18h00

Nos Grands-mères
Du 07 au 09 février 2020
Théâtre documentaire

Par la BoB Compagnie

Deux comédiennes partent à la rencontre de leurs aïeules pour raconter leurs histoires. Elles donnent la parole à ces grand-mères, trop peu entendues, pour leur rendre hommage et accorder de la valeur à ces vies à la fois banales et extraordinaires. Il y a Anne-Marie, Nelly et Suzanne, et toutes les autres avec leurs anecdotes, leurs rires, leurs pleurs, leurs savoirs mais aussi leurs pertes de mémoire. La beauté de la vieillesse est là et agit sur leur esprit et leur corps.

C'est sur la base de témoignages récoltés auprès de leurs grand-mères qu’Anna et Florence ont élaboré le texte de « Nos Grand-mères ». Elles les interrogent sur leur vie - amour, enfants, perte, deuil -, leurs mères à elles, leurs choix, leurs révoltes et leurs regrets. Tout ce qui fait qu'elles sont devenues ces femmes incroyables, pleines de valeurs et de convictions. Elles abordent aussi la notion du temps qui passe, du corps qui vieillit, des souvenirs qui s'effacent, des êtres aimés que l'on perd et de la vie qui continue ! A travers leurs regards, elles explorent les grands thèmes d’aujourd’hui : la place de la femme dans la société, le climat, la migration, ou encore la technologie.

Et pis euh... alors là ben… il est vite allé se changer, il avait mis des shorts ; il est vite allé mettre un pantalon, pis euh il arrive au salon, pis un salon qu'on utilisait pour dire jamais, tu vois. Parce qu'en tous cas en hiver il était jamais chauffé, donc on y allait jamais. En été, c'était vraiment de 7 en 14. Bon, alors chacun à un bout de canapé (petit rire) ...

Avec : Anna Krenger et Florence Wavre

Représentations

  • vendredi 07 février 2020 à 20h30
  • samedi 08 février 2020 à 20h00
  • dimanche 09 février 2020 à 18h00

Toutes les choses géniales de Duncan Macmillan et Jonny Donahoe
Du 06 au 08 mars 2020
Théâtre interactif

par le Théâtre Claque

Alors qu'est-ce qui a le pouvoir de rendre la vie géniale ? Les crèmes glacées ? Les montagnes russes ? Dépenser de l'argent en vacances sans trop s'en faire parce que la monnaie ressemble à de l'argent Monopoly ? Ce ne sont là que quelques-uns des trucs que raconte le narrateur anonyme de cette pièce poignante et drolatique où le héros est confronté très jeune aux décompensations de sa mère. Suite à une de ces crises tragiques, il dressera la liste des bonnes choses et des bons moments du vivant pour sa mère, qui vient de tenter de se suicider. Il espère que sa liste lui permettra de reprendre courage et l'aidera à rester en vie. Il souhaite ainsi lui faire comprendre que la vie vaut vraiment la peine d'être vécue.

Le spectacle se joue au milieu du public. Les spectateurs se voient attribuer avant le début de la représentation un billet qu’ils devront lire un moment donné de la pièce. C’est donc en interaction avec le public que Geoffrey Dyson traite avec humour et finesse un mal contemporain : la dépression. Il associe l’audience à cette réflexion sur la saveur de la vie, «malgré les jours de pluie». Un spectateur jouera le vétérinaire, un autre, prendra le rôle du père, un troisième celui du professeur du gymnase, tandis qu'une spectatrice jouera madame Barjaque, la psychologue scolaire ou encore Sam, la petite amie et future femme du narrateur. Ces valeureux volontaires entrent dans le cercle de jeu et suivent les consignes de l'acteur. On en ressort le sourire aux lèvres avec l’envie d’apprécier toutes les petites choses de la vie.

L'objectif de Duncan Macmillan est clair. L'écrivain anglais a écrit cette nouvelle pour lutter contre les idées suicidaires. A cette population tentée par la disparition le narrateur n'a qu'un conseil à adresser: “ Ne le faites pas, un jour, ça ira mieux! “

Avec : Geoffrey Dyson
Mise en scène : James Spencer

Représentations

  • vendredi 06 mars 2020 à 20h30
  • samedi 07 mars 2020 à 20h00
  • dimanche 08 mars 2020 à 18h00

Les Chronoclowns - Étape 1
Du 24 avril au 03 mai 2020
Laboratoire clownesque

par la Beyond Cie et l'Ivraie Semblable

Le temps nous entoure, régit nos vies, nous angoisse parfois, se fait trop court d’autres fois. Impalpable et quasi incompréhensible il est paradoxal dans son essence, à la fois omniprésent et invisible, à la fois indispensable et inutile. Et naturellement il occupe une grande part des pensées des artistes, écrivains, scientifiques et philosophes de toute époque. Mais quel est réellement notre rapport au temps ? Est-il raisonnable ou sommes-nous au contraire des névrosés du chronomètre ? Pourrions-nous vivre et ressentir le temps autrement ? Pour se poser ces questions très sérieuses, est convoquée une assemblée de clown. Quoi de plus adéquat que la naïveté, l’ouverture et l’intégrité du clown pour questionner l’essence de l’humanité ?

Comme pour bien traiter du temps, il faut prendre son temps, les deux compagnies à l’origine du projet ont souhaité présenter une étape de travail, un spectacle encore en chantier. Ainsi, en se nourrissant des rencontres avec le public, ce travail va pouvoir continuer à évoluer, grandir, et déboucher la saison prochaine sur de nouvelles propositions.

Pour rejoindre ce laboratoire théâtral clownesque, pas besoin de blouse blanche. Prenez simplement votre bonne humeur et venez rire et réfléchir avec nous !

- Dans un premier temps, dans un deuxième temps, ...
- Il y a combien de temps en tout ?
- En même temps, le temps que tu nous dises ça ils ont déjà filé ! C’est plus les mêmes temps.

Avec : Beaucoup de clowns (distribution en cours...)

Représentations

  • vendredi 24 avril 2020 à 20h30
  • samedi 25 avril 2020 à 20h00
  • dimanche 26 avril 2020 à 18h00
  • vendredi 01 mai 2020 à 20h30
  • samedi 02 mai 2020 à 20h00
  • dimanche 03 mai 2020 à 18h00

Roméo et Juliette de William Shakespeare
Du 15 au 17 mai 2020
Spectacle d'élèves

Pas les Ados 3 et la Mauvaise Graine

La guerre fait rage entre les Montaigu et les Capulet et les provocations entre les deux familles deviennent chaque jour plus violente. Pourtant c'est du fils de leurs pires ennemis que Juliette Capulet s'est éprise. Le conflit familial aura-t-il raison de leur idylle ?

Une version moderne et inédite de la plus célèbre pièce de Shakespeare où deux classes de nos ateliers-théâtre pourront s'affronter au plateau, chacune représentant une des deux familles ennemies.

Roméo... Roméo ! Pourquoi es-tu Roméo ? Rejette ton père, abandonne ton nom ; ou, si tu ne le peux pas, jure de m'aimer, et je ne serai plus une Capulet.

Représentations

  • vendredi 15 mai 2020 à 20h30
  • samedi 16 mai 2020 à 20h00
  • dimanche 17 mai 2020 à 18h00

17e Festival des Ateliers-Théâtre
Du 05 au 07 juin 2020
Spectacle d'élèves


Découvrez les productions des élèves des groupes Enfants 1 et 2, Ados 1 et 2 et Adultes à l'occasion de ce week-end de Festival !

Représentations

  • vendredi 05 juin 2020 à 20h30
  • samedi 06 juin 2020 à 18h00
  • dimanche 07 juin 2020 à 16h00

16ème festival des Ateliers-Théâtre (2e week-end)
Du 14 au 16 juin 2019
Élèves

par les élèves de l'école de théâtre du WAOUW

L'eau de la vie pourrait sauver le roi mourant. Ses fils partent à sa recherche, l'un guidé par l'amour et l'autre par l'avarice. La bonté triomphera-t-elle ?

Quelle histoire, l'Histoire ! : La prof d'Histoire a bien de la peine à intéresser Lena à ses cours. Heureusement, elle a une botte secrète : un appareil étrange qui entraînera les élèves dans un voyage passionnant.

Ricky Pompon est garçon de piste dans un cirque défraîchi. Peu considéré par les artistes, peu visible du public, c'est pourtant lui qui maintient la magie malgré tous les ratés. Il aimerait lui aussi connaître son moment de gloire !

Hot House : Un patient d'une institution médicale décède dans d'étranges circonstances, une autre se retrouve enceinte. Le directeur réclame une enquête ! Mais il semble qu'aucun des cadres n'est vraiment innocent...

L'Eau de la Vie d'après les frères Grimm et Quelle histoire, l'Histoire ! création collective
Par les élèves des groupes Enfants 1 et 2
Avec : Yanis et Norah Ben Salem, Naomi et Emily Brooke, Tristan Brugger, Tamara Garcia, Anduena Hyseni, Léane Jouvenat, Florine Liégeois, Cassandre Maetins Morais, Quentin Monney, Léandro Perrin, Amandine Quaglia, Keryan Reichel, Liya Schmutz, Lia Thévenaz et Sébastien Vaccari. Mise en scène : Laura Albornoz
samedi 15 à 17h30 et dimanche 16 à 15h30

Suvi de

Ricky Pompon d'après Bertrand Bossard
Par les élèves du groupe Ados 2
Avec : Charlène Avanthay, Patrick Driscoll, Kiliàn Marguet, Marie Moullet, Lana Naudet, Loris Nguyen, Soleluna Schalcher, Zela Vouillamoz et Maeva Vurlod. Mise en scène : Swen Gippa.
vendredi 14 à 20h30, samedi 15 à 19h30 et dimanche 16 à 17h30

Suvi de

Hot House d'après Pinter
Par les élèves du groupe Adultes
Avec : Félicia Baillifard, Morgane Baur, Pierre-Alain Beffa, Françoise Cap-Beffa, Sarah Mottet et Brigitte Reber. Mise en scène : Claire Wenger et Clément Reber.
samedi 15 à 21h et dimanche 16 à 19h

Représentations

  • vendredi 14 juin 2019 à 20h30
  • samedi 15 juin 2019 à 17h30
  • dimanche 16 juin 2019 à 15h30

16ème festival des Ateliers-Théâtre (1er week-end)
Du 07 au 09 juin 2019
Élèves

par les élèves de l'école de théâtre du WAOUW

L'abattage rituel de Gorge Mastromas : Depuis sa naissance, Gorge Mastromas fait toujours ce qui lui semble juste. Mais ceci lui attire à chaque fois de grandes difficultés. Ce sacrifice moral, est-ce de la bonté ou de la lâcheté ?

La petite fille qui criait au loup : Dans un petit village de campagne, la rumeur gronde : les loups arrivent et avec eux de terribles malheurs. Chacun croit en avoir vu un, les histoires circulent et la paranoïa s'installe…

L'abattage rituel de Gorge Mastromas d'après Dennis Kelly
par les élèves du Groupe Ados 3
avec : Justine Charpilloz, Bryan Filipe, Léane Jouvenat, Thomas Oriol, Eline Pousaz, Fanny Rouvet et Clément Sartoni. Mise en scène : Clément Reber
vendredi 7 à 20h30, samedi 8 à 19h30 et dimanche 9 à 17h30

La petite fille qui criait au loup
par les élèves de la Mauvaise Graine
avec : Céline Merminod, Felicia Baillifard, Kathya Genet, Malou Quinquard, Fabienne Markwalder et Luca Landry. Mise en scène : Claire Wenger
vendredi 7 à 22h20, samedi 8 à 21h20 et dimanche 9 à 19h20

Représentations

  • vendredi 07 juin 2019 à 20h30
  • samedi 08 juin 2019 à 19h30
  • dimanche 09 juin 2019 à 17h30

On n'a pas tous les jours 100 ans !
Du 17 au 19 mai 2019
Cabaret

par le Pavillon des Singes, Lausanne - mise en scène : Frank Arnaudon

D’Aristide Bruant à Léo Ferré en passant par Marianne Oswald, ce spectacle vous fera voyager à travers un siècle de chansons dans l’univers fascinant des salles de spectacles parisiennes. Mêlant séquences théâtrales, poésie et musique, On n’a pas tous les jours 100 ans ! propose une croisière au long cours sur un fleuve d’oeuvres connues ou inconnues, gaies, sentimentales et réalistes de 1886 à 1961. Venez découvrir ou redécouvrir les multiples paysages de la chanson française, voguer sur les époques, les moeurs et l’esprit des temps passés, qui ont sans doute encore beaucoup de choses à dire au présent !

Le Pavillon des Singes, c’est quatre spectacles de théâtre chantant, couvrant une période s’étendant de la 3ème République Française jusqu’à la fin des Trente Glorieuses, autrement dit, 100 ans de chansons ! Depuis la création de son tout premier spectacle au Théâtre WAOUW en 2011, la compagnie a présenté chez nous chacun de ses opus et le cinquième ne fera pas exception.

« Toi, tu finiras sur les planches.
Cabotin, cabotin,
Ca t’iras bien !
Lui répétaient chaque dimanche
En sortant du concert, tous ses copains.
Tu chantes si bien la romance
Qu’un beau jour, tu plaqueras l’ boulot !
Vas-y vieux, t’en fais pas, bonne chance !
Les planches, les planches,
T’ as ça dans la peau. »

Tu finiras sur les planches (R. de Buxeuil/A. Decaye), créée par Georgel en 1919.

Jeu : Frank Arnaudon, Claudine Berthet, Frank Michaux et Paul Kapp au piano
Production : Le Pavillon des Singes, Lausanne

Ce spectacle est soutenu par le Casino Théâtre de Rolle, SIS, La Loterie Romande, Ernst Göhner Stiftung et CCAC.

Représentations

  • vendredi 17 mai 2019 à 20h30
  • samedi 18 mai 2019 à 20h00
  • dimanche 19 mai 2019 à 18h00

Autour de Philippe Rahmy : Pardon pour l'Amérique
Du 06 au 14 avril 2019
Hommage

par la Beyond compagnie, Aigle - mise en scène : Julie Meyer

Bienvenue en Floride, celle des Cadillac customisées qui glissent sur Ocean Drive mais aussi celle des routes à clochards et des bus tagués. Des “vieux loups déguisés en gentils retraités” aux “femmes de ménage peroxydées”, quatre comédiens vous emmènent en road trip à la rencontre des marginaux, des opprimés et des oubliés de la société qui ont tant touchés Philippe Rahmy.

Cet écrivain genevois qui s’est éteint le 1er octobre 2017 était atteint de la maladie dite des os de verre. Il laisse en héritage une oeuvre d’une grande richesse, écrite parfois en lutte contre son propre corps et un ouvrage posthume, fruit de la compilation de milliers de pages manuscrites rédigées lors de son dernier voyage : Pardon pour l’Amérique.
Dans ce récit-enquête, il se confronte à la violence de la politique, des luttes et à l’injustice qui en découle. Avec une résonance touchante, il livre la parole des laissés pour compte et la mêle à ses propres impressions. La Beyond Compagnie se lance dans une quête pour faire vivre et danser ses mots et avec eux, un artiste qui a su mélanger les formes et faire vibrer son écriture avec d’autres disciplines dans un esprit de grande ouverture.

La Beyond Compagnie a été créée en 2016 par Julie Meyer et Aaricia Schwenter, diplômées de l'Ecole de Théâtre Serge Martin à Genève et anciennes élèves su Théâtre WAOUW. Elles ont d'abord travaillé sur les peuples premiers avec les spectacles Wakan, quand la Santiag foule l'Ouest sacré et Vikings ! La vie à l'ombre d'Yggdrasil créés en 2016 et 2017 au Théâtre WAOUW.

“La raison première de ma démarche : chercher les similitudes entre une existence condamnée à l’immobilité quasi permanente durant plus de vingt ans pour cause de maladie (...) et le calvaire d’un innocent qui s’est vu arraché à la vie par décision de justice (...) Dans les deux cas, il aura fallu s’ajuster.”

Philippe Rahmy, Pardon pour l'Amérique

Jeu : Clea Eden, Julie Meyer, Lionel Robyr, Aaricia Schwenter
Dramaturgie : Diane Jacquier
Éclairage : Vicky Althaus
Régie, regard extérieur : Clément Reber
Regard extérieur : Claire Wenger
Communication et diffusion : Fanny Meyer
Production : La Beyond compagnie, Aigle
Coproduction : Théâtre WAOUW

En marge du spectacle, exposition de photographies réalisées par Philippe Rahmy, accompagnée de certains de ses textes.

Représentations

  • samedi 06 avril 2019 à 20h00
  • dimanche 07 avril 2019 à 18h00
  • vendredi 12 avril 2019 à 20h30
  • samedi 13 avril 2019 à 20h00
    Représentation du samedi 13 suivie d'un court métrage montrant Philippe Rahmy dans son road trip aux Etats-Unis puis d'un bord de scène en compagnie de Tanya Rahmy, Pascal Cottin, Pierre Lepori et les comédiens du spectacle.
  • dimanche 14 avril 2019 à 18h00

Poscriptum
Du 08 au 10 mars 2019
Clown

par les Diptik, Fribourg

Au Centre de Tri du Département des Mémoires, Brote et son assistant Nestor vivent leur vie ordinaire, comme deux neurones ordinaires, dans un cerveau humain ordinaire. Ils trient et assimilent les paquets de mémoires, les pensées inachevées, les regrets, bref, tout ce qui traverse l’esprit de leur humain. Mais de jour en jour leur arrivent de plus en plus de mémoires. Elles s’entassent dans les coins, en attente d’assimilation.

Poscriptum traite de la parole, de sa nécessité, de ses excès et aussi - pour votre plus grand plaisir - de ses dérapages ! Interpellés par l’accélération de notre société et la transformation de nos modes de vie, un duo de clowns invente un monde décalé pour décortiquer l’humain dans ses paradoxes, et faire l’éloge de ses fragilités.

Après trois ans de tournée avec leur premier spectacle Hang Up et plus de cent représentations, Les Diptik reviennent à Aigle avec ce nouveau spectacle drôle et poétique. Les deux artistes continuent leur recherche sur la convergence entre art du clown et théâtre. Ils croient en la force de la tragicomédie et de la poésie de l’absurde pour traiter des thématiques actuelles et des réflexions philosophiques universelles.

Pour leur nouvelle création le duo va travailler en collaboration avec la clowne et pédagogue Sky De Sela.

« P.S. Quand on croit que c’est fini, il y a encore toujours quelque chose à dire. »

Jeu : David Melendy et Céline Rey
mise en scène : Sky de Sela
Production : Les Diptik, Fribourg

Représentations

  • vendredi 08 mars 2019 à 20h30
  • samedi 09 mars 2019 à 20h00
  • dimanche 10 mars 2019 à 18h00

Nous ne disparaîtrons pas
Du 15 au 17 février 2019
Fable sociale

d’après Falk Richter, Alexandra Badea et Dennis Kelly
par la Compagnie Überrunter - Mise en scène : Claire Nicolas

Sur un plateau presque vide évoquant le monde virtuel, quatre comédiens s’amusent à rendre visible un décor qui n’existe pas. Une effervescence joyeuse et communicative s’installe entre eux, évoquant une certaine idée du partage et des relations que nous entretenons les uns avec les autres. Armés de leurs téléphones portables, ils se confrontent aux bouleversements que traverse leur génération. Le surplus de possibilités pour “partager” et “aimer” leur donne le sentiment de faire partie d’une communauté au sein de laquelle les relations se négocient à coup de “swipes” et d’options filtrantes. Mais très vite, la solitude s’impose et le sens vient à manquer. Ils vont devoir accepter de lâcher prise pour sortir de la banalité et retrouver leur singularité. Débusquer un espace de sincérité et de vérité, se connecter réellement aux autres, hors des réseaux sociaux, est-ce encore à leur portée ?

A travers les textes de trois auteurs vivants de la scène contemporaine Claire Nicolas signe cette mise en scène et propose avec Nous ne disparaîtrons pas une nouvelle création qui traite de l’aliénation de notre société liée à l’impact des différentes plateformes technologiques. Ce spectacle questionne les notions d’intimité et de sincérité, biaisées par l’usage des réseaux sociaux.

« Quelque chose va arriver, c’est déjà là, on le sent, ça changera tout, ça change notre regard sur le monde dès maintenant et tout ira très vite et alors on verra soudain les choses autrement et on ne comprendra pas comment on a pu vivre toutes ces années et ces décennies, ça n’aura plus de sens, et il nous semblera vraiment étrange qu’on ait passé toutes ces années à parler de forfaits de téléphone portable (…) »

Avec : Loredana von Allmen, Laetitia Barras, Lucas Savioz et Sandro De Feo
Montage et mise en scène : Claire Nicolas
Dramaturgie : Christine Laure Hirsig
Chorégraphie : Judith Desse
Son et lumière : Jean-Etienne Bettler
​Captation et trailer: Anaëlle Morf

Les oeuvres théâtrales de Falk Richter, Dennis Kelly et Alexandra Badea sont publiées et représentées par l'Arche, éditeur et agence théâtrale.

Représentations

  • vendredi 15 février 2019 à 20h30
  • samedi 16 février 2019 à 20h00
  • dimanche 17 février 2019 à 18h00

Dîner-spectacle improvisé​
Le jeudi 07 février 2019
Soutien


Pour la troisième année consécutive, le Comité de l’Association CADRA vous invite à son traditionnel dîner-spectacle improvisé en soutien au Théâtre WAOUW lors duquel vous pourrez savourer de délicieux mets ponctués d’improvisations théâtrales.

Ce spectacle est proposé à la salle de l’Aiglon, Avenue de Loës 6, 1860 Aigle.

Représentations

  • jeudi 07 février 2019 à 18h30

Pourquoi j’ai mangé mon père
Du 25 au 27 janvier 2019
Comédie préhistorique

d’après le roman de Roy Lewis
par la Compagnie Les arTpenteurs - Mise en scène : Chantal Bianchi

Edouard, aimable pithécanthrope, chef d’une tribu d’hominiens des premiers âges, convainc toute sa horde de quitter la cime protectrice des arbres. Mais sa tribu subit les attaques incessantes des tigres à dents de sabres. Nus et désarmés devant la férocité de la nature, doivent-ils retourner dans les arbres comme leurs cousins les singes ou tenter de développer des « trucs » pour survivre. Edouard va alors explorer toutes les possibilités pour sortir de sa condition simiesque. Il découvre l’usage du feu, des armes et la force de l’amour mais provoque aussi les premières catastrophes écologiques !

Pourquoi depuis la nuit des temps l’Homme s’évertue à scier rageusement la branche sur laquelle il est assis ? Pour le découvrir, deux comédiens remontent à la naissance de l’humanité et interprètent à tour de rôle tous les membres d’une tribu préhistorique comme les autres. L’occasion de revenir à la genèse de la technologie, de l’écologie, de la séduction et du crime. Un voyage déjanté aux origines de la race humaine pour tenter de mieux se comprendre.

Avec : Thierry Crozat et Daniel Monnard
Conseil dramaturgique : Jean-Claude Blanc
Création lumière et construction décor : Marc Boyer
Création costumes : Scilla Ilardo
Bande son : Jacques Zürcher
Administration : Stéphane Frein
Diffusion arTpenteurs : Yasmine Saegesser
Diffusion Cie EPS : Carole Genoud

Représentations

  • vendredi 25 janvier 2019 à 20h30
  • samedi 26 janvier 2019 à 20h00
  • dimanche 27 janvier 2019 à 18h00

Graines de Dramaturges
Du 18 au 20 janvier 2019
Élèves

par la Mauvaise Graine - mise en scène : Claire Wenger

La Mauvaise Graine consacre la première partie de cette saison à l’adaptation d’une oeuvre à la scène, qu’il s’agisse d’un roman, d’une nouvelle, d’une chanson, d’un poème ou d’un tableau. Le spectacle issu de ce travail sera composé de leurs écritures.

" Rien de ce que nous écrivons n'est inutile. "

Johann Wolfgang von Goethe

Par les élèves de la Mauvaise Graine
Mise en scène : Claire Wenger
Technique, lumière et son : Clément Reber

Représentations

  • vendredi 18 janvier 2019 à 20h30
  • samedi 19 janvier 2019 à 20h00
  • dimanche 20 janvier 2019 à 18h00

La Comédie Musicale Improvisée !
Du 08 au 09 décembre 2018
Impro


La scène est vide. Seuls s’y trouvent un piano et une batterie. Entrent alors en scène cinq comédiens et un pianiste. Note après note, tout se construit sur le vif. Une première scène se dessine, puis l’air d’une première chanson et c’est tout Broadway qui se déroule sur le fil du rasoir. Au final, un show exclusif totalement improvisé vous est offert ! Une performance de l’éphémère sculptée de rimes et de mélodies qui voltige entre répliques et claquettes, batterie et trompette, poésie et pâquerettes.

À partir d'une suggestion du public, les improvisateurs créent une première chanson et c’est parti pour 90 minutes de pur spectacle, chanté, joué et dansé par la crème de l’improvisation romande.

Avec : Renaud Delay, Aude Gilliéron, Grégoire Leresche, Quentin Lo Russo, Daniel Perrin et Yvan Richardet

Représentations

  • samedi 08 décembre 2018 à 20h00
  • dimanche 09 décembre 2018 à 18h00

En mode start-up
Du 17 au 25 novembre 2018
Thriller 2.0

par l'Ivraie Semblable - mise en scène : Clément Reber

Une développeuse se voit proposer l’opportunité de co-fonder une boîte de jeux vidéo en Californie. Pour cela, son conjoint et elle vont quitter la France et s’installer près de San Francisco. Au bénéfice d’un visa temporaire, elle se retrouve totalement dépendante de ses “associés” et plonge dans un quasi esclavage. Pour s’en sortir et ne pas perdre la face, elle devra abandonner ses convictions morales les plus profondes.

Dans cette nouvelle création, l’Ivraie Semblable questionne les effets de la pression dans le milieu professionnel. Dès lors qu’avoir un emploi devient une question de vie ou de mort, jusqu’où un individu rejeté par les rouages du système est-il prêt à aller pour le conserver ?

« Quand je repense à ces années passées à travailler pour Relax, aux magouilles et à la malhonnêteté de mes associés. Tous les deux étaient plus tarés l’un que l‘autre. Et pourtant, ils s’en sortaient. Ils s’en sortent toujours. (...) C’est peut-être ça la solution ? Pour survivre dans ce monde, il faut être tordu, malhonnête et agir de façon immorale. »

Avec : Laura Albornoz, Félicia Baillifard, Swen Gippa et Claire Wenger
Texte : Clément Reber et Claire Wenger
Costumes et accessoires : Claire Wenger
Technique : Clément Reber

Représentations

  • samedi 17 novembre 2018 à 20h00
  • dimanche 18 novembre 2018 à 18h00
  • vendredi 23 novembre 2018 à 20h30
  • samedi 24 novembre 2018 à 20h00
  • dimanche 25 novembre 2018 à 18h00

Restez groupés ! d'Hélène Sapin
Du 14 au 16 septembre 2018
Farce grinçante

par la Compagnie Bleu Café - mise en scène : Julie Meyer

C'est la fête de l'Escalade à Genève. Dans une salle de classe, les enseignantes préparent les déguisements pour le cortège. Venant de l'extérieur, on entend des voix d'enfants. Ce qui semble au départ une agréable réjouissance se révèle être une immense mascarade dont il faut absolument sauver les apparences. Face à une pédagogie en passe de dérailler, les élèves prennent en otage leurs enseignantes et les enjoignent à mettre fin à un système scolaire qui semble produire des assistés et non des esprits libres, des peureux et non des heureux, des soumis et non des conscients.

La jeune compagnie Bleu Café - regroupant d’anciens élèves de l’école Serge Martin - vous propose une farce grinçante, où le grotesque côtoie la poésie, la musique, la danse et le chant, pour reconstruire un système pédagogique plus humain, tout simplement.

Professeure agrégée de lettres modernes à l’Université de Genève et enseignante de littérature au secondaire, l’écrivaine française Hélène Sapin est également comédienne et est l’auteur de poèmes, de scénarios de films et dernièrement surtout de pièces de théâtre aux thématiques humanistes (chibanis, Amérindiens, religion, transhumanisme, éducation…)

« Le plus gros défaut de l'école primaire, c'est d'avoir oublié que les enfants s'y trouvaient. »
- Catherine Fleury, enseignante

Avec : Tara Macris, Céline Ricca, Kleopatra Lida Zacharova, Lionel Robyr et Mathilde Soutter
Lumières : Francesco Dell’Elba
Scénographie : Benjamin Müller et Gilles Bessat
Costumes : Florence Bürgy
Masques : Patrick Brunet
Régie : Clément Reber
Assistante et communication : Aaricia Schwenter

Représentations

  • vendredi 14 septembre 2018 à 20h30
  • samedi 15 septembre 2018 à 20h00
  • dimanche 16 septembre 2018 à 18h00